La région Normandie a apporté son soutien financier dans le cadre d’un appel à manifestation d’intérêt (CPIER) pour un projet innovant regroupant quatre acteurs normands spécialisés dans les domaines maritimes et fluviaux :

  • Antiote : société déjà présente dans des grands projets de digitalisation des zones portuaires, au travers de la mise en place de réseaux IOT et déploiement de capteurs communicants, qui permettent l’optimisation des flux logistiques et la mesure des impacts environnementaux des activités maritimes.
  • LSN : filière professionnelle qui anime un réseau d’excellence des acteurs de la logistique sur la région normande ;
  • Normandie Maritime: association qui a pour mission la promotion, le développement et la coordination de la filière régionale de l’économie maritime et fluviale ;
  • VNF (voies navigables de France) : opérateur qui répond à trois grandes missions, à savoir promouvoir la logistique fluviale, concourir à l’aménagement du territoire et assurer la gestion globale de l’eau. VNF s’est inscrit dans une démarche de digitalisation de l’ensemble de ses activités sur un plan quinquennal.

 L’objectif global de ce projet est d’étudier et de démontrer le potentiel de l’Internet des objets (IoT) autour de la voie d’eau, à l’échelle de la Vallée de la Seine, et de proposer des solutions globales adaptables à d’autres régions ou pays. Plusieurs enjeux concrets ont été identifiés à ce jour, comme la question de la maintenance des ouvrages de navigation, ou encore celle de l’optimisation des zones de stationnement utilisées dans le cadre des chantiers du Grand Paris Express (GPE).

Mais le projet a aussi l’ambition de réunir les principaux acteurs du transport fluvial pour leur apporter des solutions globales, innovantes, ambitieuses, mais surtout concrètes, et issues de réflexions communes. Depuis les armateurs, les transporteurs, les acteurs de la logistique multimodale, jusqu’aux collectivités locales, c’est tout un écosystème qui va être associé à cette démarche, pour mettre à disposition les outils permettant de redonner au transport fluvial français les moyens de disposer de voies navigables performantes.

En ces temps de remise en question du transport tout terrestre, VNF dispose d’un atout précieux, avec ces 6 700 km de voies navigables, pour gagner des parts de marché sur le fret de marchandise. En 2019, plus de 16 millions de tonnes de marchandises ont été transportées sur l’axe Seine. Les enjeux sont donc de taille à optimiser les flux et permettre une augmentation du trafic fluvial.

Cela s’inscrit dans un tout, depuis la supervision des infrastructures, grâce aux nouveaux outils liés à l’IOT, jusqu’au contrôle et à la gestion des places sur les zones portuaires fluviales, en n’oubliant pas la mesure de l’impact environnemental causé par cet accroissement de l’activité.

Related posts

close Go to compare table